Tout le dossier Tout le dossier

Airboxlab et son boitier de suivi de qualité de l'air : on efface tout et on recommence (ou presque)

Nom, design, fonctionnalité : Airboxlab a revu de fond en comble son boitier de contrôle de la qualité de l'air intérieur pour tenir compte des remarques de ses beta-testeurs. Il lancera la nouvelle version au CES 2015.

Partager
Airboxlab et son boitier de suivi de qualité de l'air : on efface tout et on recommence (ou presque)

Ne l'appelez plus Alima mais Foobot ! Le boitier de contrôle de la qualité de l'air intérieur imaginé par la start-up Airboxlab, basée en France (au sein de l'incubateur parisien "Respirer dans la ville" du Paris Région Lab et d'Air Liquide) et au Luxembourg, a changé de nom et d'apparence avant sa commercialisation. C'est la conséquence directe des remarques des premiers utilisateurs : 100 beta-testeurs avaient expérimenté le produit dans 24 pays.

créer un produit moins anxiogène

Le changement de design répond à plusieurs impératifs. "D'abord, faciliter l'industrialisation du produit", explique Jacques Touillon, le CEO. Un designer industriel "argentin, basé en Autriche et rencontré à Berlin" s'est chargé de re-dessiner le boitier. Ensuite, rendre l'objet plus "apaisant". "Sur la première version, on prévoyait une information par LED, avec un code couleur simple : vert, orange, rouge. Mais les premiers clients ne voulaient pas de la couleur rouge, trop anxiogène. Du coup, sur le nouveau boîtier, on n'a que deux couleurs, bleu et orange. Le message que nous ont adressé les beta-testeurs, c'est : on ne veut pas une alarme, comme un détecteur de fumée, mais un produit d'accompagnement, de conseil".

Airboxlab a donc mis l'accent sur les algorithmes d'analyse prédictive, pour générer des sortes de bulletins météo de la qualité de l'air intérieur, et réduire l'exposition de ses utilisateurs à la pollution. La start-up veut créer un "Wikipedia" de la qualité de l'air, en mettant à contribution sa communauté grâce au crowdsourcing. Les possesseurs de box pourront "taguer" les épisodes de pollution, les qualifier pour construire une base de données et affiner les algorithmes. Pour cela, le produit s'appuie toujours sur ses quatre capteurs capables de mesurer la température, l'humidité, les composés organiques volatils et les particules fines.

deux marchés-clés : les états-unis et la chine

Ce nouveau projet se traduit par un changement de nom : Foobot, contraction de "foo dog" - cette statue d'animal ayant un rôle de protecteur, de gardien du temple, dans la culture chinoise - et de robot. Cette appellation symbolise à elle seule les marchés prioritaires de la start-up : les Etats-Unis (pour leur maturité en matière d'objets connectés) et la Chine (où la pollution est un vrai problème de société). Airboxlab compte séduire investisseurs, distributeurs et industriels de ces deux pays au CES 2015, où il lancera la commercialisation de son "nouveau" produit. Airboxlab espère aussi convaincre des acteurs du secteur d'intégrer ses technologies matérielles et logicielles à leurs propres créations.

Sylvain Arnulf

PARCOURIR LE DOSSIER

La santé

Après la fourchette, le biberon : Slow Control s'affirme comme le spécialiste de la nutrition connectée

Technos et Innovations

"Kickstarter est un passage obligé pour tout nouveau fabricant de hardware" selon le PDG d'Optinvent

Logiciels & Applications

Virdys, l'animation 3D pour tous

Start-up

Smart me up, la start-up française qui vous dévisage

Technos et Innovations

3DRudder : les interfaces de demain se contrôleront aussi... avec les pieds

French Tech

Infographie : la French Tech en force au CES 2015

Electronique

Avec son Phantom, Devialet dompte le son

Start-up

Voxtok veut installer sa box audio dans le salon des mélomanes

Start-up

Matooma, spécialiste du M2M, profite du CES pour lancer son expansion à l'international

CES

CES 2015 : Axelle Lemaire et Emmanuel Macron lancent les start-up à la conquête de l’Ouest

Start-up

R3D3, la poubelle du futur née en France, tente l'aventure américaine

CES

Bodycap et Ob'do font équipe pour faire bouger les seniors

Objets connectés

Avec le Lima, c’est le design qui réinvente le partage de fichiers

Start-up

Prizm : l'objet connecté qui invente la musique sur mesure

Start-up

3D Sound Labs, le son Home Cinema dans un casque

Loisirs numériques

Adways veut industrialiser la vidéo interactive

Start-up

"Au CES, nous sommes comme des business angels pour les start-up françaises", explique Eric Morand d'Ubifrance

Start-up

Busit veut relier services web et objets connectés en mettant l'accent sur la sécurité

CES

La tactique de Ticatag : perfectionner ses balises de localisation

CES

Sezam veut séduire les pros de l'événementiel avec son bracelet NFC

Start-up

Prynt, la start-up française qui fait forte impression

Start-up

Phonotonic transforme votre corps en instrument de musique

CES

Avant le CES, le spécialiste du textile connecté Cityzen Sciences tisse des liens avec le Japon

La pépite

Sevenhugs connecte le sommeil de la famille

CES

Feeltact, le bracelet connecté qui invente un langage tactile

CES

Myfox compte s'imposer dans les maisons américaines en révélant des produits dédiés au CES

CES

CES 2015 : 120 entreprises françaises à Las Vegas

Start-up

Smokio, l'inventeur français de l'e-cigarette connectée, veut accélérer son développement aux Etats-Unis

Technos et Innovations

Rollkers, les accélérateurs de piétons veulent convaincre outre-Atlantique

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS