Tout le dossier Tout le dossier

"Kickstarter est un passage obligé pour tout nouveau fabricant de hardware" selon le PDG d'Optinvent

La start-up rennaise Optinvent, qui a conçu un modèle de lunettes de réalité augmentée, mène sa première campagne de financement participatif sur la plate-forme américaine Kickstarter. Une étape risquée mais incontournable, affirme son PDG Kayvan Mirza.

Partager
Kayvan Mirza, président d'Optinvent (à gauche)

Lors de la Connected Conference, en juin dernier à Paris, Fred Potter, fondateur de Netatmo, annonçait la fin des campagnes de financement participatif pour les start-up du hardware : avec la hausse des coûts de R&D, ce mode de financement va devenir insuffisant pour les pépites du secteur, estimait-il. Sans compter l'inflation des coûts de marketing pour réussir sa campagne, qui rend le retour sur investissement plus difficile à atteindre, a-t-il argumenté.

Les succès de Lima, Hexo+ ou Giroptic pourront-ils être réédités par d'autres acteurs français ou assiste-t-on à la fin d'une vague ? La start-up rennaise Optinvent veut croire en ses chances et a lancé fin août une ambitieuse campagne sur le site américain Kickstarter. Elle veut lever 100 000 dollars pour lancer ses premiers modèles de lunettes connectées à réalité augmentée : l'Ora-1 (destinée aux développeurs) et l'Ora-S (pour le grand public).

Après trois semaines de campagne, 40% de la somme a été récoltée. "Ça avance lentement mais sûrement" commente Kayvan Mirza, président d'Opptinvent, pas effrayé par le risque que représente une telle campagne (car si 100% de la somme n'est pas récoltée, les fonds sont perdus). "Je n'ai aucun doute sur le fait que nous allons réussir", confie-t-il.

kICKSTARTER, UNE PLATE-FORME PUBLICITAIRE

De toute façon, cette campagne Kickstarter n'a pas pour but premier de financer le développement de la start-up. D'ailleurs des levées de fonds plus classiques, auprès de business angels, lui ont déjà permis de lever 1,5 millions d'euros. Non : l'objectif est bien de faire parler de la jeune société et de ses technologies. "On voit Kickstarter comme une plate-forme de publicité, de relations publiques, explique Kayvan Mirza. C'est aussi un moyen d'attirer l'attention des financeurs. D'ailleurs, lorsque l'on rencontre des capital-risqueurs américains, la première question que l'on nous pose c'est 'avez-vous fait une campagne Kickstarter ?' C'est véritablement un passage obligé, surtout pour un nouveau fabricant de hardware. En France, on nous demande plutôt "quelle est votre part de marché" et on a bien du mal à faire comprendre que le marché n'existe pas encore, que c'est un pari".

attirer les développeurs

L'autre objectif de cette campagne, c'est de fédérer une communauté de développeurs autour de son projet. Kickstarter est la plate-forme idéale pour toucher un public de technophiles prêts à mettre les mains dans le code. "On cherche à étendre notre plate-forme développeurs, avoir plus d'applications, étoffer notre magasin d'applications, l'AppstOra, pour atteindre une masse critique. Tout cela vise à préparer le terrain".

Optinvent veut commencer par séduire des professionnels (industriels notamment) avec des applications conçues sur mesure, pour répondre à leurs problématiques précises. Un kit de développement leur est d'ores et déjà proposé pour tirer parti de la technologie d'affichage en réalité augmentée développé par la start-up française. Ensuite, à l'horizon 2015, Optinvent vise le grand public avec un modèle plus généraliste et ludique, l'Ora-X, dont un prototype devrait être présenté lors du CES, en début janvier.

"jouer grand"

L'entreprise française ne fait pas de complexe d'infériorité face aux géants qui veulent investir le secteur, comme Google et ses "Glass". "Il faut jouer grand : en France, on est trop souvent dans le fatalisme. Les lunettes à réalité augmentée, c'est un nouveau segment qui risque d'être énorme, personne ne sera en situation de monopole. Comme pour les smartphones, même s'il y a segmentation, il y a de la place pour tout le monde. Notre produit a été conçu pour être fabriqué en grande série avec un coût de production réduit. On pense que le prix sera le premier critère de choix. L'Ora-1, en version développeurs, est disponible à 599 dollars via Kickstarter, là où les Google Glass coûtent 1500 dollars". La start-up rennaise ne manque pas d'arguments : encore faut-il qu'elle ait l'occasion de les faire valoir. "C'est vrai que Kickstarter est victime de son succès et qu'il est difficile de sortir du lot", concède le dirigeant.

Sylvain Arnulf

SUR LE MÊME SUJET

PARCOURIR LE DOSSIER

La santé

Après la fourchette, le biberon : Slow Control s'affirme comme le spécialiste de la nutrition connectée

Logiciels & Applications

Virdys, l'animation 3D pour tous

Start-up

Smart me up, la start-up française qui vous dévisage

Technos et Innovations

3DRudder : les interfaces de demain se contrôleront aussi... avec les pieds

French Tech

Infographie : la French Tech en force au CES 2015

Electronique

Avec son Phantom, Devialet dompte le son

Start-up

Airboxlab et son boitier de suivi de qualité de l'air : on efface tout et on recommence (ou presque)

Start-up

Voxtok veut installer sa box audio dans le salon des mélomanes

Start-up

Matooma, spécialiste du M2M, profite du CES pour lancer son expansion à l'international

CES

CES 2015 : Axelle Lemaire et Emmanuel Macron lancent les start-up à la conquête de l’Ouest

Start-up

R3D3, la poubelle du futur née en France, tente l'aventure américaine

CES

Bodycap et Ob'do font équipe pour faire bouger les seniors

Objets connectés

Avec le Lima, c’est le design qui réinvente le partage de fichiers

Start-up

Prizm : l'objet connecté qui invente la musique sur mesure

Start-up

3D Sound Labs, le son Home Cinema dans un casque

Loisirs numériques

Adways veut industrialiser la vidéo interactive

Start-up

"Au CES, nous sommes comme des business angels pour les start-up françaises", explique Eric Morand d'Ubifrance

Start-up

Busit veut relier services web et objets connectés en mettant l'accent sur la sécurité

CES

La tactique de Ticatag : perfectionner ses balises de localisation

CES

Sezam veut séduire les pros de l'événementiel avec son bracelet NFC

Start-up

Prynt, la start-up française qui fait forte impression

Start-up

Phonotonic transforme votre corps en instrument de musique

CES

Avant le CES, le spécialiste du textile connecté Cityzen Sciences tisse des liens avec le Japon

La pépite

Sevenhugs connecte le sommeil de la famille

CES

Feeltact, le bracelet connecté qui invente un langage tactile

CES

Myfox compte s'imposer dans les maisons américaines en révélant des produits dédiés au CES

CES

CES 2015 : 120 entreprises françaises à Las Vegas

Start-up

Smokio, l'inventeur français de l'e-cigarette connectée, veut accélérer son développement aux Etats-Unis

Technos et Innovations

Rollkers, les accélérateurs de piétons veulent convaincre outre-Atlantique

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER Innovation

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS